1098

Fondation de l'ordre cistercien suite à un désir de vivre selon la règle de Saint Benoît de manière plus rigoureuse.

 

1920

Fondation de la communauté à Sainte Anne d'Auray (Morbihan) par l'Abbaye de la Coudre à Laval (Mayenne) sous le vocable de "Notre Dame de Bonne Garde"

 

1947

Les locaux de Sainte Anne d'Auray se révèlent mal adaptés à la vie monastique et la propriété devenue trop exigüe pour faire vivre la communauté. Son transfert fut décidé en 1947. Les moines de l'abbaye de Timadeuc achètent la propriété du château la Ville Aubert avec sa ferme à Campénéac (diocèse de Vannes)  et construisent le monastère.

 

1953

La communauté s'installe à Campénéac et reprend le nom de l'ancienne abbaye cistercienne de La Joye d'Hennebont (1260-1792), "La Joie Notre Dame"

 

1996

En 1993, quatre sœurs de la Joie Notre Dame partent implanter la vie cistercienne féminine à Madagascar  bénéficiant de l'hospitalité du prieuré des moines cisterciens de Maromby situé à une vingtaine de kilomètres. En 1996, la petite communauté avec quelques jeunes sœurs malgaches s'établit à  Ampibanjinana au diocèse de Fianarantsoa, distante de 16 kilomètres environ de cette ville.

 

2020

Le 30 décembre, messe d'action de grâce pour le centenaire de la fondation de la communauté la Joie Notre Dame.

 

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom

Notre fondation à madagascar

L'histoire commence en 1984... A cette période quatre jeunes filles s'adressent au Père Daniel, prieur de MAROMBY, communauté cistercienne à Madagascar. Elles souhaitent vivre "comme les moines". L'une d'elle viendra à l'abbaye la Joie Notre Dame en 1989, elle y devient soeur Perline. En 1991, la communauté de la Joie Notre Dame répond à cette demande en envoyant à partir de 1993 les premières fondatrices. Le 15 janvier 1996, bénédiction de la première pierre de l'hôtellerie et la communauté prend possession des locaux le 16 août 1996 à Ampibanjinana.